Histoire d'un vol de Chevaux ...


23 février 1532

Remission pour Guillaume de Noal, de la parroisse
de La Bazouge en la juridicion de Foulgeres, la
verifficacion aux juges dicelle juridicion.


Francois, etc, a tous presens et advenir, savoir faisons, nous avoir receu l'humble supplicacion et requeste des femme, parens et amys consanguins de notre tres humble subgect Guillaume de Noual originaire de la parroisse de La Bazouge en notre juridicion et baronnye de Foulgeres et a present detenu en noz prinsons dicelle, Contenant que comme ung nommé Pierre Corrayres, natif de la parroisse de Sainct [?Christofle?] de Vallans de notredite baronnye, se fust allyé d'une nommee Roberde Joudet du villaige de Mouce en ladite parroisse de La Bazouge, avecques laquelle il eust des le temps d'un an et dempuix par aulcunes foiz hanté et frequenté disant icelle estre sa femme demeurant audit villaige de Monce qu'estoit assez pres dudit village de La Painucellaye ou demeuroit ledit de Noual, lequel a ladite cause eust prins congnoissance dudit Coaires ; neantzmoins que l'on disoit qu'il estoit marié a une autre feme de la paroisse de [?Travoire?] pres Hédé et ou il se tenoit la pluspart du temps. Et que environ le moys d'aougst derroin ledit Coyres se fust retiré audit lieu de Monce avecques ladite Roberde si estes que quelque temps eussent lesdits Coayrezs et Guillaume de Noual se trouverent ensemble ches ledit Guillaume de Noual et eurent conversacion ensemble, desplasantes parolles par entreux, et entre autres que ledit Coyres avoit bien affere de trouver quelques chevaulx pour les mener audit pays et cartier de Hédé et qu'il y avoit ung nommé Guillaume Frain qui les en deschargeroit et que pour en recouvrer, il convenoit aller ou pays de Saint Hillaire en Normandye et que ceulx dudit cartier de Saint Hillaire avoit eut par les derenieres guerres qui avoient esté en ce pays [??] pillé et faict plusieurs desrobemens a leurs predecesseurs tellement qu'ilz estoient uncores pouvres. A quoy s'acorda ledit de Noal voyant qu'il estoit constitué en pouvreté et necessité pour la cherté qui lors estoit et est des vivres et bledz oudit pays. Et prindrent assemblement et de nuyt chemyn a s'en aller vers ledit cartier de Saint Hillaire oudit pays de Normandye et entrerent en ung champ et piecze de terre pres ung grant chemyn entre la parroisse des Loges et dudit Saint Hillaire oudit pays ou ilz trouverent ung cheval en poil rouge [?beard?] qu'ilz prindrent et lierent avecques ung cordeau que avoit porté avecques eulx pour le conduire et assez pres en ung champ trouverent une jument en poil grif qu'ilz prindrent et desroberent assemblement et ne sceit ledit de Noal a quittz apartenoint lesdits bestes et icelles conduisirent et ammenerent assemblement vers ledit pays de Hédé et misdrent dessus deux panneaux que avoit ledit Coires et les menerent ches ledit Guillaume Frain en la parroisse de Saint Cyphorien pres Hedé et duquel ledit de Noal n'avoit auparavant congnoissance. Et apres que eurent quelque espace de temps et prins leur reffection convindrent de marché avecques ledit Frain pour la vente desdits cheval et jument qu'ilz avoient et leur fut poyé par luy a chacun quarante sou tournois et devoit encores ledit de Noual avoir deux aulnes de drap pour sa parrt desdites bestes et de la se retirerent et laisserent lesdites bestes audit Frain et s'en retournerent assemblement jucques en la parroisse de Saint Saulveur des Landes ou departirent et s'en allerent chacun a sa parrt. Plus remonstrent que environ ung moys apres, ung frere dudit Guillaume de Noual, nommé Jehan de Noual, lors demourant en la parroisse de Carelles ou pays du Mayne, l'estoit venu veoir quel estoit originaire de ladite parroisse de La Bazouge, disant qu'il voulloit aller en voaige* a Notre Dame de Vertuz a Dynan et le prya d'aller avecques luy et ung sien. Eulx estans ensemble devisans ledit Jehan de Noual dist qu'il avoit desir de fere ledit voyage, arriva pres ledit Guillaume ledit Coaires ledit Guillaume n'avoit veu depuis ledit departement qu'ilz avoient faict audit Saint Saulveur comme dit est, lequel apres avoir entre entendu l'intencion dudit Jehan de fere ledit voyage a Notre Dame de Vertu, leur dist qu'il y savoit bien le chemyn et qu'il les y conduiroit bien et sur ce que ledit Guillaume differoit y aller, ledit Coires luy dist qu'il les y ameneroit bien et qu'ilz ne se tordroient point pour aller par ches ledit Frain et estoit assez le droit chemyn et que ledit Guillaume pourroit avoir et recouvrer dudit Frain le drap qu'il luy avoit promis pour le reste de la vente desdits chevaulx. Sur quoy accorderent de fere ledit voiage et le lendemain avant le jour se partirent assemblement et s'en allerent ches ledit Frain et en faisant chemyn repeurent en divers lieux auparavant estre arrivez ches ledit Frain ou ilz arriverent de nuyt et fut ou moys d'octobre derroin et y coucherent et y furent par deux jours dont le premier jour ilz allerent avecques ledit Frain a la ville de Hedé voirs ladite ville et le lendemain ayderent a baptre du fourment noir ches ledit Frain. Et la nuyct furent prins par des sergens de Hedé et menez audit lieu ou ledit Coaires estoit ja constitué prinsonnier, a occasion de la vente que lesdits Coarres et Guillaume avoint fecte audit Frain desdits chevaulx et fut ledit Guillaume interrogé par plusieurs foiz devant les officiers de justice dudit Hédé ausquelles interrogacions il a varié par plusieurs foiz craignant et doubtant rigueur de justice et depuis il et ledit Jehan son frere ont esté retirez par les officiers dudit Foulgeres et constituez es prisons de Basoges et dudit Foulgeres ou ilz ont esté longuement detenuz pour ce que les officiers de justice ny hantoint pour le danger de peste regnant audit Foulgeres, esquelles prinsons ledit Guillaume de Noual a par longtemps enduré et souffert grant pouvrecté, misere et calamité et sa vie [?coarter?] a pain et eau et encore a present y est. Et estre ledit de Noual extroit et yssu de bons et notables parens sellon leur estat, qualité et condicion de ladite parroisse de La Bazouge, et que il n'avoit esté auparavant accusé ne vaincu d'aulcun maulvaix cas, ains auparavant estoit bien famé et requerant notoirement et publicquement, et est chargé de femme et six petitz enfans et sa femme grosse, ne ayans que peu de biens. A raison de laquelle pouvrecté et indigence, il fut mendé de fere ledit desrobement pour cuydre subvenir a la nourriture et substantacion de luy et de sadite femme et enfans ; et doubtent et craignent lesdits supplians que l'on veille vers ledit de Noual pour ledit cas par luy commis, proceder a rigueur de justice si par nous ne luy est imparty noz lettres de grace et remission, nous suppliant tres humblement icelles. Pourquoy nous lesdits considerees, etc.

Pelerin


Rémission pour Guillaume de Noal
Registre B34 Lettre n° 7

Photographie 1 (page de garde du registre)
Photographie 2
Photographie 3
Photographie 4
Photographie 5

Retour page précédente


Texte trouvé à l'adresse suivante :
http://palissy.humana.univ-nantes.fr/cete/txt/Remission/html/rB34-7-denoual.htm
l